Home / Décryptage / Enfin la Petite Sirène de Disney sera une négresse du ghetto qui chante du RNB

Enfin la Petite Sirène de Disney sera une négresse du ghetto qui chante du RNB

Captain Harlock
Démocratie Participative
04 juillet 2019

Il était temps de mettre un terme à l’appropriation culturelle ridicule dont était victime la sirène dans l’imaginaire collectif.

La frustration était devenue insupportable pour bon nombre de personnes brunes en raison de l’arrogante mystification dont se rendaient coupables les Blancs.

Huffington Post :

La chanteuse de R&B noire américaine Halle Bailey, 19 ans, va incarner la princesse Ariel dans l’adaptation en prise de vues réelles de “La Petite Sirène”, a annoncé Disney ce mercredi 3 juillet.

Halle Bailey, qui forme le duo Chloe x Halle avec sa sœur, a réagi sur Twitter en disant que son “rêve devenait réalité”. Elle a accompagné son tweet d’un dessin représentant la princesse Ariel –rousse à la peau pâle dans le dessin animé- avec la peau foncée et des cheveux noirs.

Enfin, ce n’est pas trop tôt.

Un choix d’évidence.

Le choix de l’équipe du film s’est porté sur la petite protégée de la star planétaire Beyoncé à l’issue de longues recherches, a souligné le réalisateur, Rob Marshall, qui a loué son “rare mélange de caractère, de cœur, de jeunesse, d’innocence et d’épaisseur, sans compter une voix ravissante”.

La nouvelle a enflammé Twitter mercredi après-midi, où les fans étaient divisés sur la couleur de peau que devrait avoir, selon eux, la princesse Ariel.

Cela s’inscrit dans la continuité de l’oeuvre de Beyoncé à l’instar de ce fameux clip conçu et réalisé par le juif israélien Natan Schottenfels qui se déroule au Louvre.

L’objectif est de rafraîchir cette culture blanche ethnocentrée en la repeignant en marron.

Dans la société post-raciale occidentale, ces histoires de races sont progressivement dépassées.

Les races n’existent pas et c’est ainsi que l’ont compris les noirs.

“Halle va jouer Ariel dans ‘La Petite sirène’. Une nouvelle victoire pour les noirs”.

« Toutes les sirènes sont noirs maintenant, c’est la règle. » 

Voilà, c’est la règle.

Les sirènes africaines des contes d’Andersen ou de l’Odyssée.

A Copenhague, elle n’a pas de hijab par contre, ce qui est regrettable. Mais l’islamophobie structurelle des Blancs n’est plus à démontrer. Gageons que cela changera.

J’espère qu’il y aura du twerk dans le nouvel opus.

Le combat éthique pour la réappropriation du folklore européen par les nègres qui ne l’ont pas créé est une priorité culturelle. C’est aussi une question de justice.

Accessoirement, il faut bien commencer l’éradication complète des Blancs quelque part.

Nous pouvons remercier Robert Iger, le PDG juif de Disney, pour remettre le suprémacisme blanc à sa place, dans les poubelles de l’histoire.

Commenter l’article sur /dempart/