Home / Guerre raciale / Gare du Nord : un flic se fait dévorer la main par un métèque enragé

Gare du Nord : un flic se fait dévorer la main par un métèque enragé

Leutnant
Démocratie Participative
01 mars 2019

Gare du Nord, heure de pointe

La zone est connue pour être infestée de créatures aux ordres de Sauron.

Le Parisien :

Les faits se sont produits lundi à la Gare du Nord à Paris. Un homme a violemment agressé l’agent de sécurité du réseau qui venait de l’interpeller.

Rattrapage pour les personnes de race blanche n’étant pas familières avec la Gare du Nord.

C’est une gare républicaine.

La sordide affaire remonte à quelques jours. Lundi, à la Gare du Nord (Paris, Xe), un agent du Groupe de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR) a été violemment agressé. Dans des circonstances encore à déterminer, l’un des membres d’une équipe de quatre agents du GPSR, était en train d’amener un individu qu’il venait d’appréhender au commissariat.

Mais ce dernier n’était visiblement pas disposé à se laisser faire. Il a mordu le pouce gauche de l’agent de sécurité si fort que ce dernier en a perdu la première phalange, son gant en cuir.

Selon les déclarations de la victime, le jeune homme interpellé aurait craché sur l’agent, qui a tenté de se protéger avec sa main. C’est à ce moment-là qu’il l’a mordu. L’agresseur a aussitôt été maîtrisé par les collègues de la victime qui l’ont ensuite remis aux policiers de la brigade des réseaux ferrés, appelés en renfort.

Ce jeune homme, âgé de 17 ans, et domicilié dans un foyer à Asnières (Hauts-de-Seine), faisait déjà l’objet d’un contrôle judiciaire pour une autre affaire. Au moment de son interpellation, il était porteur d’un « poing américain » dissimulé dans une poche de son pantalon. Il a été placé en garde à vue dans les locaux du service régional des transports dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

L’agent blessé, resté conscient, a d’abord été conduit par ses collègues à l’hôpital Lariboisière voisin, avec le morceau de doigt sectionné récupéré sur le sol. Dans un deuxième temps, il a été conduit à l’hôpital Saint-Louis pour être pris en charge dans un service spécialisé. L’agent a porté plainte. Une expertise judiciaire et médicale est en cours pour déterminer l’ampleur des préjudices.

Une zone d’ombre demeure : est-ce un gobelin (crouille) ou un orc (nègre) qui a dévoré l’agent de police ?

Commenter l’article sur /dempart/