Home / Guerre raciale / Garges : le bamboula baisait des dizaines de putes à nègres mineures pour leur transmettre le VIH

Garges : le bamboula baisait des dizaines de putes à nègres mineures pour leur transmettre le VIH

Leutnant
Démocratie Participative
15 mars 2019

Ce nègre fait l’oeuvre de Dieu.

Le Parisien :

Un homme de trente ans était jugé aujourd’hui à Pontoise pour avoir volontairement transmis le virus du sida à des femmes lors de rapports non-protégés, en cachant sa séropositivité.

Il se doutait séropositif. Un homme de trente ans a multiplié les relations sexuelles non protégées avec des femmes pendant des années, contaminant certaines d’entre elles avec le virus du sida. Il a été jugé ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Pontoise, faisant face à quatre de ses victimes parties-civiles. Le procureur a requis avec sévérité dix ans d’emprisonnement à son encontre, une peine assortie d’une interdiction de travailler avec des mineurs et un suivi socio-judiciaire de 5 ans.

« Je rentrais de la boulangerie. Je m’achetais des bonbons. Je me retrouve avec un prédateur. » R., a tout juste 13 ans lorsqu’elle est abordée en août 2017 par le suspect qui la convaincra d’avoir ultérieurement des relations sexuelles, et lui transmettra le VIH.

«Tous les jours, tous les soirs, je dois prendre un médicament. C’est comme une prison.»

« Il s’est attaqué à moi. J’ai appris que j’étais enceinte. J’étais en troisième. J’étais déjà assez perturbée. Ensuite j’apprends que j’ai une maladie. Aujourd’hui ma vie elle est gâchée. Tous les jours, tous les soirs, je dois prendre un médicament. C’est comme une prison. »

C’est la plainte de cette adolescente qui a conduit Soumaila, 30 ans, originaire de Garges, à répondre devant le tribunal correctionnel de Pontoise d’administration de substance nuisible suivi d’infirmité permanente. Il devait répondre également d’atteinte sexuelle concernant la mineure de 15 ans.

L’enquête qui a suivi la garde à vue du suspect en janvier 2018 a montré qu’elle n’était pas la seule victime. Les enquêteurs ont identifié de nombreuses partenaires depuis janvier 2016, au moins 16 à la même période, contactées souvent via Meetic, Vivastreet ou encore Tinder, parmi lesquelles certaines ont été à cette occasion également contaminées. C’est ainsi que trois autres jeunes femmes lui ont fait face sur le banc des parties-civiles.

« La question de savoir si vous saviez que vous étiez contaminé est centrale pour toutes les victimes et le tribunal » avertit la présidente. Le prévenu a été longuement interrogé sur la date à partir de laquelle il savait être atteint. Il a fini par reconnaître qu’il s’en doutait depuis 2016, mais invoque un déni permanent. « Je ne l’admettais pas. Pour moi c’était impossible. » Au fil de l’audience, il finit par admettre peu ou prou qu’il savait et parle de « la peur, l’inconnu ».

« Vous n’en avez rien à faire de ces jeunes filles ? » lui demande sèchement Me Aurélien Gallochat, l’avocat de R. ? « Mon intention, pour le reste de ma vie, c’est de ne plus transmettre ce virus » répond-il. Une prise de conscience « avec la prison » confie-t-il.

« Je ne voulais pas leur faire du mal ». Il évoque aussi son « plaisir égoïste ». « Combien aurait-il fallu de victimes pour que le déni s’arrête ? » demande à son tour Me Marion Delpy, qui représente les trois autres jeunes femmes parties-civiles, dont les vies sont bouleversées.

« Je n’ai pas la réponse… » Il explique aussi qu’elles étaient d’accord « pour enlever le préservatif ». « Mais vous cachiez que vous étiez séropositif ! » rétorque l’avocate qui souligne la douleur d’une de ses clientes, F. « Cette jeune femme extrêmement fragile est aujourd’hui au bord du gouffre. Il y a eu un impact majeur sur sa vie. »

Ces traînées ont été justement récompensées.

Qu’allah facilite le frère.

Commenter l’article sur /dempart/