Home / Guerre raciale / Grenoble : les bougnoules lancent la chasse aux flics via les réseaux sociaux

Grenoble : les bougnoules lancent la chasse aux flics via les réseaux sociaux

Leutnant
Démocratie Participative
07 mars 2019

Les flics ont l’air de regretter les Gilets Jaunes. Ce sont les seules cibles qui suscitent du soutien de la part de leur hiérarchie politique.

Actu17 :

Deux policiers sont menacés sur les réseaux sociaux. Ces derniers sont accusés d’être responsables de l’accident mortel qui a coûté la vie aux deux jeunes circulant sur un scooter volé, ce samedi soir.

Le drame a secoué le quartier Mistral de Grenoble (Isère) dont étaient originaires les deux jeunes décédés après avoir percuté un autocar, samedi soir. Adam et Fatih qui étaient âgés de 17 et 19 ans, circulaient à scooter.

Leur deux-roues était signalé volé, il était également sans plaque d’immatriculation et les deux victimes n’étaient pas équipées de casque.

Le procureur de la République a confirmé que le scooter était suivi par une voiture des policiers de la BAC qui « avaient respecté les consignes de sécurité ». Le magistrat a évoqué une filature discrète et non une poursuite.

Des violences urbaines ont éclaté dès le samedi soir dans le quartier du Mistral et de nombreux véhicules ont été incendiés. Même chose dans la nuit de lundi à mardi, où policiers et pompiers ont été ciblés par des cocktails Molotov. La situation s’est répétée chaque soir, tout comme ce mercredi où des véhicules ont de nouveau été brûlés.

« Violences urbaines » : émeutes raciales en bon français.

La police a évoqué sur Twitter les menaces reçues par ses deux fonctionnaires, sur les réseaux sociaux.

« Des messages de menaces visant 2 policiers de l’Isère circulent sur les réseaux sociaux. Des plaintes ont été déposées par ces policiers injustement accusés d’être impliqués dans les événements tragiques survenus samedi à Grenoble«  explique le court récit.

Dans un second tweet, la police revient sur les sanctions encourues en cas de « provocation à commettre un crime ou un délit ».

Ce rappel devrait ramener l’ordre dans ces quartiers arabes.

Commenter l’article sur /dempart/