Home / Guerre raciale / Guyane : un bonobo survolté de Colombie égorge Anne-Marie dans son sommeil

Guyane : un bonobo survolté de Colombie égorge Anne-Marie dans son sommeil

Leutnant
Démocratie Participative
14 juin 2019

Darwin Asprilla (Twitter)

Quelques nouvelles récentes de notre colonie américaine.

France Guyane :

Darwin Asprilla, 22 ans, originaire de Colombie, était jugé depuis mardi devant la cour d’assises de Cayenne pour le meurtre d’Anne-Marie Broudic, épouse de François Leboulanger. Un meurtre commis à son domicile, aux Âmes-Claires, à Rémire-Montjoly, le 11 mars 2015.

Il était poursuivi aussi pour la tentative de vol avec violence, commise le même jour, rue Sylvestre-Lixef, toujours à Rémire-Montjoly, domicile de Martine Blanchet, une ancienne institutrice. Il a été condamné à la perpétuité.

Le verdict est tombé hier après-midi dans l’affaire du meurtre du directeur du magasin Carrefour, François Leboulanger. Pour les deux chefs de mis en examen, la cour et les jurés ont condamné Darwin Alexis Asprilla à la réclusion criminelle à perpétuité, avec une peine de sûreté maximale de vingt-deux ans. Il sortira de prison à 44 ans.

Par contre, Anne-Marie Broudic ne sortira pas de sa tombe.

Actu.fr :

Le 31 mars 2015 vers 19h, le directeur du centre commercial Carrefour à Matoury, en Guyane, découvrait à son domicile le corps sans vie de son épouse, dans sa maison de Rémire-Montjoly.

Née à Lannion et originaire de Pleumeur-Bodou par son père, Jean Broudic, Anne-Marie Leboulanger avait été égorgée dans son sommeil, sur le canapé du salon. Aucune trace de résistance n’avait été relevée.

La voiture de cette mère de famille, une Twingo bleue avec un autocollant « J’aime la Bretagne » apposé sur la vitre arrière, avait été volée. C’est l’ADN retrouvé dans le véhicule et au domicile de la victime qui a mis les enquêteurs sur les traces de l’accusé. Celui-ci, qui avait fui en Colombie, était revenu deux ans plus tard en Guyane, où il avait été interpellé lors d’un vol.

 Pourquoi ne peut-on pas pendre les criminels nègres en place publique ?

Commenter l’article sur /dempart/