Home / Les dernières actualités / La cinquième victime de Chérif Chekatt était un polak pro-migrants et pro-pédés !

La cinquième victime de Chérif Chekatt était un polak pro-migrants et pro-pédés !

Catpain Harlock
Démocratie Participative
18 décembre 2018

Un nouveau déchet anarcho-trotskiste refroidi par la diversité.

BFMTV ;

Barto Pedro Orent-Niedzielski est mort dimanche soir, cinq jours après avoir croisé la route du terroriste Chérif Chekatt à Strasbourg.

« Bartek, cher apôtre du bien, je pense que tu étais l’exact opposé de celui qui t’a envoyé cette fichue balle. » C’est ainsi que Lionel Wurms, président de l’association ABD et du festival Strasbulles décrit la cinquième victime de Chérif Chekatt, morte dimanche soir.

Barto Pedro Orent-Niedzielski, surnommé « Bartek », a croisé la route du terroriste rue des Orfèvres le mardi 11 décembre et s’est pris une balle dans le front. Il était en compagnie d’Antonio Megalizzi, un journaliste italien qui a lui aussi succombé à ses blessures.

YESSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS

E
S
S
S
S
S
S
S
S
S

HEADSHOT !

D’origine polonaise, Barto était arrivé en France à l’adolescence avec son frère et sa mère, relate Le Parisien. Âgé de 35 ans, il est décrit par ses proches et amis comme une figure hyperactive du monde strasbourgeois: droits et accueil des étrangers, musique, droits LGBT, radios associatives… énumèrent les Dernières nouvelles d’Alsace. Avec Antonio Megalizzi, ils couvraient d’ailleurs les sessions plénières du Parlement européen en tant que journalistes. Le Parlement et son président leur ont rendu hommage sur Twitter.

Entre (de nombreux) autres projets, Barto Pedro Orent-Niedzielski avait participé à la création du festival de BD Strasbulles en 2007, relève Le Monde. « Il établissait des connexions avec tout le monde. Comprendre toutes les cultures, c’est ce qui l’animait », confie le président du festival au quotidien.

« Tes amis étaient innombrables et venaient de tous les milieux, et de tous les pays d’Europe ou d’ailleurs. Tu les retrouvais en France et tu leur rendais visite dans leurs pays respectifs. Tu les retrouvais dans toutes ces associations, de danse, de musique, de chant, de BD, d’aide et d’accueil des étrangers« , écrit-il encore sur Facebook.

Dans Le Monde, un homme raconte notamment comment en 2015, il a prêté son appartement à Barto Pedro Orent-Niedzielski pour une soirée « Nicarali », afin de récolter fonds et livres pour le Nicaragua.

Selon ses amis, le rêve du jeune homme était d’ouvrir une auberge « multi-ethnique, multiculturelle et multilinguistique à Strasbourg, afin de réunir tous et toutes de tous âges, venus de tous les horizons dans un même lieu d’accueil« .

Je suppose que le projet est abandonné.

Chérif lui a fait goûter à sa culture.

Les dieux ont châtié le traître.

Bon voyage vers l’abîme !