Home / Les dernières actualités / La lune antisémite pogrome la sonde israélienne « Bereshit », refuse d’être salopée par une plaque sur l’holocauste des 6 trilliards de juifs transformés en savon

La lune antisémite pogrome la sonde israélienne « Bereshit », refuse d’être salopée par une plaque sur l’holocauste des 6 trilliards de juifs transformés en savon

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
12 avril 2019

La lune est antisémite.

Le Figaro :

Ce devait être une fierté nationale. La première sonde israélienne à destination de la Lune s’est écrasée lors de son alunissage, en raison d’une panne de son moteur survenue à la dernière minute, a déclaré jeudi soir le centre de contrôle de la mission. Durant le direct, on pouvait entendre des membres de l’équipe expliquer que des moteurs censés ralentir la descente de la sonde et permettre un alunissage en douceur étaient tombés en panne et que le contact avait été perdu.

Baptisée Bereshit (Genèse, en hébreu), il s’agissait de la première sonde développée par une organisation privée, SpaceIL, qui a travaillé en partenariat avec la société aérospatiale Israeli Aerospace Industries (IAI), une des plus grandes entreprises de défense israéliennes. Si l’alunissage de cette immense araignée à cinq pattes de 585 kilos s’était couronné par un succès, Israël aurait été le quatrième pays à réussir un tel exercice, après les États-Unis, la Russie et la Chine.

Effectivement.

Une immense araignée.

L’engin avait été lancé le 22 février depuis la base américaine de Cap Canaveral en Floride, via une fusée Falcon 9 de la firme américaine SpaceX, fondée par l’entrepreneur Elon Musk. Il devait se poser sur la lune après avoir parcouru quelque 6,5 millions de kilomètres, à une vitesse maximale de 10 kilomètres par seconde (36.000 km/h), selon les partenaires du projet, et y déposer un magnétomètre destiné à mesurer l’intensité d’un champ magnétique.

Le lanceur est de fabrication américaine et il est parti depuis le site de lancement des Etats-Unis.

Sans l’aide de ces braves goyim, cette boîte de conserve n’aurait même pas quitté le désert de Palestine.

Début mars, Bereshit avait transmis un selfie historique d’elle en compagnie de la Terre à 40.000 km. Au premier plan du cliché, une petite plaque affichait le drapeau israélien accompagné slogan patriotique «Am Yisrael chai» en alphabet hébraïque («le peuple d’Israël vit») et une maxime en anglais, «Small country, big dreams» («Un petit pays, de grands rêves»). Juste avant la tentative d’alunissage, Benyamin Nétanyahou a indiqué qu’il réfléchissait à lancer un programme spatial national. «Je réfléchis sérieusement à investir dans un programme spatial», a-t-il dit. «Cela a des implications nationales pour Israël et des implications pour l’humanité».

Les juifs aiment beaucoup parler au nom de l’humanité sans que personne ne leur demande quoi que ce soit.

Les juifs, un peuple très modeste, avait d’ailleurs des projets pour l’univers entier.

Le Monde :

Une bible nanogravée, la déclaration d’indépendance d’Israël et son hymne national, des écrits de survivants de la Shoah, des dessins d’enfants, la prière du voyageur, et une note de Shimon Peres… Voilà ce que la sonde Beresheet emporte vers la Lune, en plus de ses instruments scientifiques destinés à en étudier brièvement le magnétisme. L’engin a décollé, vendredi 22 février à 2 h 45 (heure de Paris) depuis Cap Canaveral (Floride), à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX, en même temps qu’un satellite de télécommunications indonésien et un satellite militaire américain.

Pornographie juive jusque dans l’espace interplanétaire.

C’était sans compter sur la présence de la base secrète nazie sur la face cachée de la lune.

Commentaire sur /dempart/