Home / Décryptage / Le 8 mai est un jour de fête où nous nous rappelons pourquoi nous sommes morts pour que les juifs nous gouvernent

Le 8 mai est un jour de fête où nous nous rappelons pourquoi nous sommes morts pour que les juifs nous gouvernent

Captain Harlock
Démocratie Participative
08 mai 2019

Il s’en est fallu de peu que l’Assemblée ne ressemble éternellement à ça

On revient de loin

Le 8 mai est pour moi un jour un peu particulier.

C’est ce jour-là où je me rappelle que sans le débarquement anglo-américain, l’Armée Soviétique et la résistance gaullo-communiste, la France ne serait plus la France.

Notre pays ne serait plus rien du tout.




On l’a échappé belle.

Je ne regrette pas un seul instant les bombardements de masse sur nos villes.

Ces 70,000 Français morts sous les bombes alliées sont morts pour une bonne cause.

Aujourd’hui, vous comme moi, pouvons marcher librement dans un pays libre, fier de lui, tourné vers l’avenir avec confiance.

C’est aussi, comme le disait le Général De Gaulle, de refuser d’être dominés par Adolf Hitler et l’Allemagne nationale-socialiste.

D’avoir conscience de la grandeur de la France et de la faire respecter par les nations du monde. De savoir tenir son rang.

Permettez-moi aussi d’être un peu plus trivial. Le 8 mai, c’est aussi le jour où l’on célèbre la défaite de la barbarie.

La culture française a été sauvée et peut désormais prospérer.

La France chrétienne, menacée par le totalitarisme nazi, est sauve.

Imaginez ce qui se serait passé si les Nazis avaient gagné la guerre ?

Ces barbares auraient livré nos églises aux flammes.

Pour ne rien dire de l’image que notre pauvre pays démantelé aurait renvoyé au monde, hilare.

Le 8 mai, c’est le jour de la victoire de la liberté. La liberté de pouvoir dire ce que l’on veut, de pouvoir exercer ses droits.

Sans la victoire du 8 mai 1945, le Mal l’aurait emporté. Il serait partout chez lui.

Le crime serait la norme.

Des étrangers assassineraient en toute impunité des Français au nom d’une idéologie moyenâgeuse.

La haine de la France la plus brutale s’exprimerait librement.

Le plus délicat à dire et admettre : sans la victoire du 8 mai 1945, des Françaises auraient couché avec de jeunes soldats allemands.

Pas de quoi parader, j’en conviens.

Mais ces salopes ont été tondues et on ne les y reprendra plus.

La victoire contre le racisme, le fascisme et le nazisme a permis à la France, comme je l’ai dit, de préserver sa culture.

Mais c’est un euphémisme. La France rayonne culturellement comme jamais depuis 1945.

La société française a connu une revivification sans précédent.

Le 8 mai, nous nous rappelons que non, la France ne sera jamais la colonie d’une puissance étrangère supervisant sa sujétion, son démantèlement, sa destruction culturelle et sociale.

Ce 8 mai est le moment où la France se rappelle qu’elle a vaincu la barbarie nazie et qu’à ce titre, elle fait partie des puissances victorieuses alliées.

C’est donc en toute indépendance qu’elle mène sa politique extérieure avec un principe : le respect du droit international, le refus des guerres d’agression, la paix.

C’est LA France libre que nous devons au Général De Gaulle, aux résistants communistes, aux USA, à la Russie soviétique.

Et à la Grande Bretagne.

Quand on pense à ce à quoi on a échappé, on est terrifié rétrospectivement.

C’est donc avec satisfaction que je constate que la droite française a tiré toutes les conclusions de ce 8 mai 1945.

Cela fait du bien, de temps en temps.

Vive la Victoire, à bas le fascisme, mort au racisme, égalité et liberté !

Commenter l’article sur /dempart/