Home / Décryptage / Les juifs menteurs pris la main dans le sac après le débunkage de la stèle faussement profanée de Strasbourg

Les juifs menteurs pris la main dans le sac après le débunkage de la stèle faussement profanée de Strasbourg

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
08 mars 2019

 

Comme vous le savez, les juifs sont persécutés en France.

Ce sont les juifs qui le disent et si les juifs le disent, c’est que c’est vrai.

Les faits, dans ce contexte de haine antisémite, sont de peu d’importance.

Hélas, cette fois-ci, la presse juive antijuive a distillé son venin.

Le Monde :

Finalement, ce n’est pas un acte antisémite. La stèle marquant l’emplacement de l’ancienne synagogue de Strasbourg, détruite par les nazis, a été heurtée accidentellement le week-end dernier par un automobiliste.

« En faisant marche arrière, la personne, client d’une boîte de nuit à côté, a heurté la stèle », a déclaré, jeudi 7 mars, une source proche de l’enquête, confirmant une information des Dernières Nouvelles d’Alsace.

Samedi matin, cette stèle commémorative, pesant 1,6 tonne, avait été retrouvée renversée, entraînant une vague d’indignations dans un contexte général de recrudescence d’actes antisémites.

Mais l’examen des images de vidéosurveillance de cette zone du centre-ville de Strasbourg, où se trouvent de nombreux commerces, et l’audition de différents témoins ont permis à la sûreté départementale d’identifier l’automobiliste, un homme de 31 ans.

Il a été placé en garde à vue mercredi, puis remis en liberté jeudi soir par le parquet de Strasbourg. Il est convoqué devant la justice en juin pour « défaut de maîtrise du véhicule » et « délit de fuite ». « A ce stade, aucun caractère antisémite n’a été retenu », a indiqué cette source proche de l’enquête.

L’automobiliste et ses passagers ont expliqué avoir oublié des affaires dans la boîte de nuit dont ils sortaient, et avoir fait marche arrière pour se garer au plus près de l’établissement. L’un des passagers dit avoir entendu un choc. « La voiture présente des traces sur l’attelage à l’arrière, qui peuvent correspondre au choc sur la stèle », a-t-on expliqué de même source. « Il y a un enchaînement logique et cohérent », a-t-on ajouté.

Délit de fuite.

Ce sale goy n’a pas porté assistance à un morceau de pierre.

Espérons que cet antisémite par procuration sera jeté en prison pour sa haine automobile.

Commenter l’article sur /dempart/