Home / Les dernières actualités / Nouvelle-Zélande : les commémorations en l’honneur des soldats ayant combattu les turcs en 14-18 largement réduites en raison du « risque terroriste » musulman

Nouvelle-Zélande : les commémorations en l’honneur des soldats ayant combattu les turcs en 14-18 largement réduites en raison du « risque terroriste » musulman

Captain Harlock
Démocratie Participative
10 avril 2019

« Le djihadisme est une religion de paix »

Ce qui se passe en Nouvelle-Zélande, à l’occasion des célébrations annuelles du souvenir en mémoire des vétérans de la 1ère Guerre Mondiale, est pour le moins étrange.

The Guardian :

Plus de 50 célébrations et parades de l’ANZAC com ont été annulées dans la plus grande ville de Nouvelle-Zélande à la demande de la police alors que le risque terroriste reste élevé dans le pays suite aux attaques contre la mosquée de Christchurch.

La police a demandé à l’Association des Engagés Rapatriés d’Auckland de « consolider » leurs célébrations avec un nombre total passant de 84 à 26 cette année, permettant ainsi aux policiers de mieux protéger la foule.

Auckland est la plus grande ville de Nouvelle-Zélande où vivent plus de 1,6 million de personnes. Suite à l’attentat de Christchurch, les foules présentes lors de l’ANZAC ont été évoquées comme des cibles faciles.

Un communiqué du conseil municipal d’Auckland a confirmé que la diminution du nombre de célébrations était le résultat direct des attaques.

« Dans le climat de sécurité accrue actuel, la police a accepté de maintenir une présence visible lors des célébrations pour rassurer le public. En conséquence, la police a recommandé que la Journée de l’ANZAC à Auckland serait consolidée de telle sorte que les policiers puissent protéger les rassemblements de manière adéquate. »

Le mois dernier un tireur solitaire a tué 50 personnes dans deux mosquées de Christchurch, poussant le département du contre-terrorisme du pays à élever le niveau d’alerte à « élevé » pour la première fois. Un niveau élevé signifie « une attaque terroriste est considérée comme très probable » selon le bureau du Premier ministre.

Je ne comprends plus rien.

L’islam est pourtant une religion de paix, d’amour et de tolérance.

C’est ce que j’ai compris de la position officielle du gouvernement néo-zéalandais dirigée par la fémino-marxiste Ardern.

Etrangement, ces musulmans décrits comme plus pacifiques que des vaches par ce gouvernement néo-zélandais sont également considérés comme une menace terroriste majeure par ce même gouvernement.

Et donc, pour faire face à cette menace de l’islam pacifiste, ils ont donc décidé d’arrêter de rendre hommage aux hommes néo-zélandais qui sont morts en combattants les turcs musulmans lors de la 1ère Guerre Mondiale.

En espérant que ce geste de bonne volonté consistant à se chier dessus tout en crachant sur la tombe de ceux qui ont lutté contre les ancêtres d’Erdogan suffisent à apaiser ces mahométans pacifistes.

Merci les gars mais vous comprenez, on doit tourner la page, la Nouvelle-Zélande a changé

C’est probablement ce qui se passe quand vous mettez une femme à la tête de votre pays : elle écarte les cuisses devant l’envahisseur, le cul assis sur les cadavres des hommes qui ont perdu la vie pour qu’il reste quelque chose du nom de « Nouvelle Zélande » sur la mappemonde.

L’instinct de survie des hommes les poussent à prendre les armes.

L’instinct de survie des femmes les poussent à écarter les cuisses.

C’est aussi simple que ça.

Sur ce, l’ONU est entrée dans le bal.

Parce que tout le monde, sur cette terre, attend toujours l’opinion de l’ONU sur tous les sujets pour savoir quoi faire.

Mardi, le responsable des réfugiés de l’ONU, Filippo Grandi, a alerté au sujet des attaques de Christchurch, soulignant qu’elles étaient le résultat du discours toxique dans les médias et en politique au sujet des réfugiés, des migrants et des étrangers qu’il ait vu en 30 ans.

« Je n’ai vu une telle toxicité, un tel poison dans le discours politique, dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans les discussions quotidiennes et les conversations autour de ces questions » a déclaré Grandi au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Les médias judéo-globalistes sont effectivement très hostiles aux migrants, à l’islam, aux musulmans, aux étrangers.

Oui.

C’est évident.

Grandi établit un lien entre le « discours » anti-immigration et l’attentat de Christchurch sur la base d’une seule attaque.

Je serais curieux de savoir s’il voit un lien entre un certain type de discours et les dizaines d’attentats commis par des musulmans en Europe ces dernières années.

Je suppose, au vu de la fréquence de ces attaques et de leur généralisation dans tous les pays occidentaux où vivent des musulmans, qu’un tel constat ne devrait pas être trop difficile à dresser de la part de Grandi et de l’ONU.

Un constat du genre, « les envahisseurs bougnoules et nègres sont assoiffés de sang blanc ».

A moins que l’agenda remplaciste et radicalement anti-blanc de cette organisation internationale n’empêche ces gens d’être intellectuellement honnêtes, en vertu de quoi ils continueront d’utiliser n’importe quel prétexte pour criminaliser les autochtones blancs qui s’opposent à leur projet.

Commenter l’article sur /dempart/