Home / Guerre raciale / Perpignan : ne bitant pas un seul mot de français, le pieux musulman marocain de 65 ans décide de violer directement une gamine de 14 ans

Perpignan : ne bitant pas un seul mot de français, le pieux musulman marocain de 65 ans décide de violer directement une gamine de 14 ans

Leutnant
Démocratie Participative
11 juillet 2019

Où est le problème ? Aisha avait 9 ans lors de la consommation du mariage.

Observalgérie :

Un Marocain, âgé de 65 ans, a été jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Perpignan (Sud de la France) suite à son arrestation pour agression sexuelle sur une adolescente de 14 ans, rapporte le quotidien régional français L’Indépendant.

Les faits remontent au 26 juin dernier, lorsque la jeune fille profitait de la pause de midi pour déjeuner dans un parc, près de son collège, non loin du Centre de Secours et d’Incendie de Perpignan. Le Marocain a alors interpellé sa victime. Celle-ci, ne comprenant pas la langue de son interlocuteur, décide alors de s’approcher de lui.

Selon le témoignage de la jeune fille de 14 ans, son agresseur l’a attrapé par le bras et l’a agressé sexuellement. La victime a été, par la suite, relâchée avant qu’elle ne rejoigne son collège. Sitôt arrivée, les responsables remarquent son état et alertent aussitôt les policiers. Ces derniers ont rapidement procédé à l’arrestation du suspect.

Jugé en comparution immédiate, le prévenu a nié en les accusations retenues contre lui. « Elle est venue s’asseoir sur le banc qu’il occupait. Ils ont discuté un moment puis elle lui a fait deux bises et est repartie », a-t-il appuyé devant le tribunal correctionnel de Perpignan.

Alors que l’avocat de la défense plaide qu’il n’y a ni preuve ni témoin contre son client, la procureure, pour sa part, a estimé que la crédibilité de la jeune collégienne ne souffre d’aucun doute et réclame 6 mois de prison fermes.

Accusé d’agression sexuelle sur mineure, le prévenu marocain a été condamné par le tribunal correctionnel de Perpignan, à 12 mois de prison dont la moitié avec sursis, avec une obligation de suivre un programme de soins pour lutter contre les déviances sexuelles, précise la même source.

Qu’Allah veille sur la meilleure des communautés, injustement persécutée par les infidèles.

Commenter l’article sur /dempart/