Home / Les dernières actualités / Surprise aux USA : les juifs faisaient des milliards de dollars en droguant à mort des vieux et des vétérans aux opioïdes

Surprise aux USA : les juifs faisaient des milliards de dollars en droguant à mort des vieux et des vétérans aux opioïdes

Captain Harlock
Démocratie Participative
15 juin 2018

Les juifs ashkénazes sont des Blancs à la tête de la défense de l’Occident

Pour commencer, si vous l’ignoriez, il y a une sérieuse crise de came aux USA dont Trump a souvent parlé.

Wikipédia :

La crise des opioïde, ou l’épidémie d’opioïdes (opioid epidemic), réfère à l’augmentation rapide de l’utilisation d’opioïdes, avec ou sans prescription, aux États-Unis et au Canada au milieu des années 2010. Parmi les opioïdes impliqués, on note le Percocet, le Vicodin, l’oxycodone et le fentanyl. D’après la Drug Enforcement Administration, « le nombre de morts par surdose, particulièrement celles résultant de drogues prescrites et d’héroïne, a atteint un niveau épidémique ».

En 2015, 52 000 Américains sont morts de surdoses. Environ les deux tiers d’entre eux, soit 33 000, impliquent des opioïdes, comparativement à 16 000 en 2010 et 4 000 en 1999. Par rapport à l’année précédente, en 2016, le nombre de décès par surdose augmente de 26 % au Connecticut, 35 % au Delaware, 39 % au Maine et 62 % au Maryland. Pour l’ensemble des surdoses impliquant les opioïdes, près de la moitié d’entre eux étaient prescrits. Cela laisse penser que la crise serait en grande partie iatrogène.

En mars 2017, le gouverneur du Maryland déclare l’état d’urgence pour combattre l’épidémie. Le directeur du CDC Thomas Frieden affirme que l’« l’Amérique baigne dans les opioïdes. Il est urgent d’agir. » Le président Donald Trump pourrait dégager jusqu’à 500 millions de dollars américains du budget de 2017 pour combattre le fléau et a initié une commission pour gérer la crise.

Il semble que les responsables sont clairement identifiés.

Dailymail :

La riche famille derrière l’anti-douleur qui a largement été blâmé pour la crise d’opioïdes aux USA est visé par une plainte à l’initiative de l’Etat du Massachusetts.

La famille Sackler, dont le revenu total en 2014 était estimé à 14 milliards, possède Purdue Pharma, l’entreprise de pharmaceutique qui produit l’OxyContin.

Dans une plainte enregistrée jeudi, les membres de la famille ainsi que d’autres dirigeants de l’entreprise ont été nommés en tant qu’accusés et sont soupçonnés d’avoir monté un « vaste réseau d’escroqueries ».

Purdue Pharma est déjà visée par des plaintes de plusieurs états ou collectivités territoriales, mais le Massachusetts est le premier état à nommer personnellement les directeurs de l’entreprise dans sa plainte.

Elle nomme 16 membres de la direction passés et présents, y compris le PDG Craig Landau.

Les Sackler poursuivis sont Theresa et Beverly, les veuves des frères Mortimer et Raymond Sackler, Ilene, Kathe et Mortimer David (les trois enfants de Mortimer), Jonathan et Richard Sackler (les deux fils de Raymond) et David Sackler, le petit-fils de Raymond.

La famille Sackler est une famille juive de Pologne ayant réussi à quitter l’Europe en 1937.

Et ces gens, animés par les plus hautes vertus morales du judaïsme, ont donc décidé de remercier les Américains.

Les poursuites contre Purdue indique l’entreprise a trompé les patients et les docteurs au sujet des risques liés aux opioïdes et a poussé les pharmaciens à faire en sorte que les patients utilisent l’anti-douleur plus longtemps et a ciblé agressivement les populations les plus vulnérables, les personnes âgées et les vétérans.

« Leur stratégie était simple : plus ils vendaient leur drogue, plus ils faisaient d’argent, plus les gens mourraient » indique le Procureur Maura Healey.

Ayant tué des centaines de milliers d’Américains au fil des ans, notamment des vieux et des vétérans blessés ayant risqué leurs vies pour ce magnifique système, la noble famille Sackler a su se montrer reconnaissante envers le pays qui l’a sauvé du national-socialisme.

Faites confiance au juif, il vous le rendra

Des fois, les chambres à gaz, je me dis… dommage.