Home / France / Triche à l’école Ozar Hatorah : stupéfait par le « torrent antisémite » sur les réseaux sociaux, un journaliste admet mentir par omission pour éviter un nouvel holocauste

Triche à l’école Ozar Hatorah : stupéfait par le « torrent antisémite » sur les réseaux sociaux, un journaliste admet mentir par omission pour éviter un nouvel holocauste

Captain Harlock
Démocratie Participative
10 juillet 2019

 

Nous savons tous que la presse juive est neutre.

Mais ça va mieux en le disant.

France Inter :

Ce week-end Le Parisien nous révélait que les fuites de sujets du bac le mois dernier s’étaient produites au sein du lycée Ozar-Hatorah de Créteil… Et depuis, les commentaires les plus écœurants s’enchaînent : il y a les vieux clichés anti-juifs du style : « ils sont protégés, la Justice va classer l’affaire… Pas étonnant qu’il y ait de bons résultats dans ce lycée… BHL et Finkielkraut ne sont pas loin… »

Il y a aussi cette haine antisémite plus contemporaine du genre : « si c’était arrivé dans un lycée musulman cela ferait la une de BFM ». Étonnamment les auteurs (souvent anonymes) ne prennent même plus la peine de se dissimuler derrière l’anti-sionisme

Mais surtout, il est intéressant de voir que nos collègues du Parisien, n’ont pas mentionné qu’Ozar-Hatorah était un lycée de confession juive. Ils pensaient sans doute bien faire et limiter les commentaires extrémistes car oui, aujourd’hui, nous journalistes hésitons à donner toutes les informations (ce qui est pourtant la base de notre métier) quand nous savons que cela peut exciter les haines. Dans le même esprit, fallait-il en parler, ce matin, à sur France Inter à une grande écoute ? En parler c’est faire écho au phénomène… Se taire c’est faire l’autruche et risquer que ce soit encore pire la prochaine fois…

Vous pouvez entendre le journaliste Frédéric Métézeau longuement se lamenter sur le podcast de France Inter lié à l’article ci-dessus.

Compte tenu de la petite pique adressée à nos compatriotes musulmans, je ne serais pas étonné que Métézeau soit pacsé avec Shmuel Shekelblumenberg.

En tout cas, c’est suffisamment rare pour être relevé : les plumitifs à la solde des juifs reconnaissent sucrer allègrement les informations dès lors que cela peut « exciter les haines ».

« Les journalistes sont impartiaux goy, n’écoute pas ces sales Nazis »

C’est d’autant plus surprenant qu’au terme de l’idéologie officielle, l’augmentation du taux de mélanine dans le corps social français se traduit automatiquement par une envolée de tous les indicateurs du Progrès (avec un grand P).

Pour rappel, l’immigration non-blanche :

Il y a encore bien des avantages et aucun inconvénient à l’immigration non-blanche en France, mais vous avez l’idée générale.

Il y a bien eu un cas – exceptionnel – d’un couple de japonais venu en France avec ses capitaux pour sauver un vignoble en perpétuant le soi-disant savoir-faire local. Ce qui est quand même un comble dans un pays musulman où l’alcool est interdit.

Ces faces de citron n’avaient même pas sollicité la Cimade.

Je pense qu’ils ont été virés, leurs capitaux saisis après un séjour en centre de rétention, histoire de marquer le coup.

Donc, comme je disais, l’immigration est universellement positive et vertueuse. C’est bien établi, du moins on était en droit de le penser.

Mais ce journaliste nous apprend hélas qu’il faut un peu cacher quelques petits détails qui risqueraient d’être démesurément grossis par les néo-fascistes.

Comme le fait que les juifs sont identifiés comme des stakhanovistes de la truanderie en bande organisée ou que les mahométans, en dépit d’une très nette convergence antiblanche, demeurent passablement dubitatifs quant à la bienveillance du peuple élu à leur égard.

Les juifs aiment bien tuer des nourrissons arabes 

Maintenant, la question est posée : faut-il cacher que l’école Moshé Goldnablum est une école juive pour faire taire les Nazis des quartchiés ?

Il y a du pour et du contre.

Je pense qu’attiser la haine ne peut être admise que si elle vise les Blancs. Il faut essayer de faire en sorte que le sang des Blancs réconcilie les sémites et les nègres qui sont mal dans leur peau en France.

C’est tout l’objet de la loi Avia dont je me félicite du vote, hier, à l’Assemblée Nationale.

Tenez, puisque je parle de mélanisation positive, avez-vous observé ce fait assez progressiste : environ 10% des députés de la Nation ont la couleur de l’eau de nos égouts.

Les fameux « vieux hommes blancs » de l’Assemblée Nationale.

Lors de la prochaine législature, Macron en imposera probablement 20%. Cela devrait donc contribuer à accroître le progrès.

Alors oui, il y a toujours cette vieille haine blanche antisémite du 93 mais il faut se garder de généraliser. Le péril blanc est jugulé et disparaît progressivement de nos vies, ce qui est une vraie avancée pour une société plus juste, plus équitable et plus pacifique.

Commenter l’article sur /dempart/