Home / Guerre raciale / Un taulard blanc bougnoulisé, condamné pour avoir tué un ex-déporté antinazi, saigne 2 matons au nom d’allah

Un taulard blanc bougnoulisé, condamné pour avoir tué un ex-déporté antinazi, saigne 2 matons au nom d’allah

Captain Harlock
Démocratie Participative
05 mars 2019

Un beau conte de printemps dans la France libérée du péril pétainiste.

BFMTV :

Un détenu radicalisé a poignardé deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe avec un couteau en céramique. Il est toujours retranché dans l’établissement.

Deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe dans l’Orne ont été agressés par un détenu radicalisé muni d’un couteau en céramique. L’un des deux agents a été plus grièvement atteint. Tous deux hospitalisés, pour des blessures au ventre et au visage, leur pronostic vital n’est pas engagé.

La balafre au visage à vie : cadeau du Califat et de l’administration pénitentiaire.

Les faits se sont déroulés aux alentours de 9h45 alors que le détenu, qui n’était ni placé à l’isolement, ni particulièrement surveillé, se trouvait à l’unité de vie familiale avec sa femme. C’est dans ce lieu où les détenus peuvent rester entre 48 heures et plusieurs jours qu’il se serait procuré le couteau.

Le détenu est toujours retranché dans la prison avec sa femme. Il prétend porter une ceinture d’explosif.

Le Raid et les Eris de Rennes, les équipes régionales d’intervention et de sécurité, ont été appelés sur place. Le parquet anti-terroriste a été saisi et l’enquête a été confiée à la Sous-direction de l’antiterrorisme, à la DGSI et la police judiciaire de Rennes. Le procureur de Paris va se rendre sur place dans la journée.

Une cellule de crise locale et nationale a été mise en place, la ministre de la Justice va s’y rendre dans la journée.

Mickael Chiolo, âgé de 27 ans, a été condamné majoritairement pour des faits de droit commun. Il purgeait une peine de 30 ans de prison pour arrestation, enlèvement, séquestration et torture suivis de mort en juillet 2014 par la cour d’assises de Moselle. La victime était un octogénaire ancien résistant et rescapé des camps nazis.

Lutter contre les Nazis.

Se faire assassiner par un Blanc bougnoulisé.

Karma.

Le détenu, qui était libérable en 2038, a également été condamné à un an de prison pour apologie d’actes de terrorisme. En novembre 2015, il avait été jugé pour avoir reproduit dans la cour de la maison d’arrêt de Mulhouse, où il était incarcéré, les attaques de Paris et Saint-Denis qui ont fait 130 morts. Il est repéré pour radicalisation depuis 2010, selon nos informations.

« Nous avons un acte terroriste qui s’est déroulé en prison », a vivement réagi Yoann Karar, le secrétaire général adjoint de FO Pénitentiaire, sur notre antenne.

Oui, bon, n’exagérons rien.

Commenter l’article sur /dempart/