Home / Guerre raciale / Val d’Oise : Djamel égorge Amandine, la pute à crouille avec qui il a engendré 4 futurs rats djihadistes

Val d’Oise : Djamel égorge Amandine, la pute à crouille avec qui il a engendré 4 futurs rats djihadistes

Leutnant
Démocratie Participative
08 juillet 2019

Cette mécréante a été ramenée dans le chemin d’Allah.

Le Parisien :

Une petite fille de cinq ans hurle dans la petite rue de Margency. « Maman va mourir, maman va mourir. J’ai peur ! » Les riverains ouvrent les fenêtres et découvrent une femme qui s’écroule en sang sur le pas de sa porte, ses enfants près d’elle, alors qu’un homme prend la fuite à pied. Amandine, 25 ans, a été grièvement blessée par son ex-conjoint dimanche soir à Margency.

Plusieurs témoins composent le 17 vers 19h30. Lorsque les policiers arrivent rue Roger-Salengro, dans le centre de la Commune, les pompiers et une équipe du Samu sont déjà à pied d’œuvre. La jeune femme présente une blessure importante au niveau du cou et saigne abondamment.

Selon les premiers éléments recueillis, la veine jugulaire a été atteinte. Amandine, gérante d’une société de déménagement Smoove, a été prise en charge par les secours puis évacuée vers le centre hospitalier de Pontoise, son pronostic vital n’étant pas engagé. Elle a été opérée immédiatement. Un voisin a sans doute été décisif en effectuant un point de compression en attendant l’arrivée des secours.

L’homme qui a tenté d’égorger la jeune femme a été décrit par les témoins comme étant habillé d’une chemise maculée de sang, ayant pris la fuite en direction de la mairie. Les effectifs de police l’ont repéré quelques minutes plus tard dans le parc de la mairie, à une centaine de mètres de la maison, caché près d’un tronc d’arbre. Il a été interpellé en état d’ébriété. Le contrôle d’alcoolémie effectué a permis de relever un taux d’environ deux grammes d’alcool dans le sang.

Âgé de 38 ans, Djamel F. a été placé en cellule de dégrisement puis en garde à vue dans le cadre d’une procédure ouverte pour tentative de meurtre par conjoint. Lors de la perquisition du domicile, les enquêteurs ont retrouvé l’arme : un couteau à pain encore maculé de sang.

D’après les premiers éléments de l’enquête, un différend aurait éclaté entre les deux ex-conjoints au sujet de la garde des quatre enfants, trois garçons et une fillette, âgés de 3 à 8 ans. Récupérés après les faits par plusieurs voisins, ils ont été recueillis par la sœur de la victime qui réside en Seine-et-Marne.

« Les enfants sont traumatisés. Le garçon ne comprenait pas ce qui s’était passé. Il ne trouvait pas les mots », confie Tinah, une voisine, qui a recueilli la petite fille et le petit garçon tout de suite après les faits. Une voisine est elle aussi sous le choc. « Je suis encore traumatisée. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Je n’ai jamais assisté à cela. Je n’arrive pas à me calmer. C’est gravé dans ma tête. C’est une femme très gentille. »

Tinah réside pratiquement devant la maison de la victime. « J’ai entendu des cris. J’ai pensé qu’il s’agissait des enfants de l’hôpital, en face de chez moi. Mais dix minutes plus tard, cela recommençait. J’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu la dame tomber devant sa porte. Je suis descendue. Le sang coulait énormément. Je craignais que l’artère soit touchée. Elle n’arrivait pas à bouger. J’ai aussi vu un monsieur qui avait plein de sang sur l’épaule partir. »

La victime habite depuis environ un an dans la rue. « Elle parlait de quitter bientôt Margency », confie la voisine.

Encore du travail d’arabe.

Commenter l’article sur /dempart/