Home / Dégénérescence / Vidéo no fake : « Les bonnes manières à Auschwitz » (vidéo)

Vidéo no fake : « Les bonnes manières à Auschwitz » (vidéo)

Captain Harlock
Démocratie Participative
09 avril 2019

 

Une vidéo collector. Très certainement Pokémon Gold Special Edition.

Le cours de maintien de coconne à Auschwitz.

Je ne blague pas.

Un condensé de connerie ovarienne ci-dessous :

Retour sur ma propre visite d’Auschwitz et de Birkenau.

Ma première visite remonte à l’été 2005, j’avais 19 ans. J’y suis allée seule.

Journée très chaude et ensoleillée.

Je me souviens de la « foire ». Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier le cirque que j’ai vu.

Aucun recueillement, des familles avec des enfants qui crient et courent partout, des glaces et biscuits consommés dans les allées, des éclats de rire en pagaille.

Un vrai Juif (très très très vieux) sort d’une voiture, escorté par sa petite-fille ( ?). Aussitôt, il est mitraillé de photos (le mot n’est pas mal choisi). Vous imaginez bien, cela fait « cool comme souvenir ».

Ambiance parc d’attractions.

Je me souviens d’une scène : portée par cette ambiance festive, j’étais sur le point d’ouvrir ma canette de coca. Et une voix au fond de mon cœur (ou de ma tête) m’a soufflée : « pas maintenant. Tu boiras ton soda à la sortie. Pas maintenant. »

J’ai me suis immédiatement reprise.

Aujourd’hui, je peux poser des mots sur cet appel de la conscience. C’est un appel au respect et à la décence.

« Une voix au fonde mon coeur ».

Vous avez là la quintessence de la psychologie féminine.

Cette idiote a écrit un précis sur le sujet. Pour ne pas froisser les 6 trillions de juifs imaginaires transformés en savon, vous ne devez faire ça :

Les Bonnes Manières :

  • Pas de chewing-gum.
  • Ne mangez pas et de buvez pas dans le camp.
  • Ne touchez pas les murs, ne grattez pas les briques.
  • Ne faites pas de plaisanteries (même si elles n’ont rien à voir avec le sujet)
  • Si votre humour est « particulier » (et cela fait votre charme), gardez tout de même vos jeux d’esprit pour la sortie.
  • Il ne s’agit pas d’être sérieux, mais solennel.
  • Ne gesticulez pas. Ayez une posture et une démarche très posées.
  • Pas de selfie devant l’entrée « Arbeit macht frei», pas de photos dites ludiques (cette catégorie est grande : pas d’équilibrisme sur les rails, pas de poses de morts, pas de torse nu devant les fours, ne vous bouchez pas le nez devant les fours, pas de mimes de nazi, ne hurlez pas pour imiter Hitler…)
  • Une façon de marquer son respect est d’être là pour l’événement (et pas pour autre chose). Je m’explique. En couple, ne vous donnez pas la main par exemple. Vous êtes là pour honorer la mémoire des morts, et non pour faire une visite romantique. Abstenez-vous de gestes tendres et amoureux (galant et courtois, oui).
  • Si vous êtes en groupe, laissez plus d’espace entre vous qu’en temps normalLa proximité appelle à des échanges. On se laisse vite aller. En mettant des distances (80cm et plus) entre vous, vous laissez la place au silence du recueillement.
  • Le fait de s’obliger à lire les panonceaux aide certaines personnes à rester concentré sur le sujet. Vous n’avez pas à tout lire. Mais c’est une astuce.
  • Pas de texto, d’appel, ou de consultations d’internet sur votre portable.
  • Chers adolescents, ne vous asseyez pas en groupe par terre, avachis et blasés de la vie. Même si vous êtes fatigués, restez debout. C’est une forme d’hommage silencieux.
  • Lorsque vous êtes devant un mémorial, soyez devant, de face. Pas à côté ou en diagonal. Prenez le « mémorial en pleine figure ». Ne le contournez pas. C’est bien plus difficile qu’il n’y paraît. Les architectes ont des gens intelligents. Ils ont imaginé un monument qui n’est pas que symbolique, il doit nous « saisir aux tripes ». Lorsque vous êtes face à face avec un mémorial (même le monument aux morts de votre ville), quelque chose heurte votre conscience. L’Histoire et ses sacrifiés se rappellent à vous, et vous réalisez que vous n’êtes qu’une poussière. Il est émouvant de réaliser que si vous êtes là aujourd’hui, c’est que d’autres personnes ont donné leur vie pour vous. C’est poignant. Ne contournez pas les monuments aux morts.
  • Je sais aussi qu’à l’adolescence, lorsque les émotions sont trop fortes, on réagit par le rire (des gloussements en général). Chers adolescents, prenez sur vous.
  • Un mot sur la décence vestimentaire : pas de tenue de plage. Shorts, débardeurs, lingerie apparente, mini-jupe, tongs. Je préconise même d’enlever vos lunettes de soleil.

C’est littéralement Lady Palace mais à Auschwitz.

Donc, en résumé, faites tout l’inverse.

Pour dire à cette conne ce que vous pensez : [email protected]

Commenter l’article sur /dempart/